ségolene royal olivier farloni législatives défaite PS


Le soutien de Ségolène Royal à la candidature de Hollande avait largement été acquis grâce à la promesse qui lui avait été faite d'obtenir le perchoir (présidence de l’Assemblée nationale). Mais encore fallait-il lui trouver une circonscription.

En effet, celle des Deux Sèvres, qu'elle avait laissé suite à sa défaite de 2007, est aujourd'hui occupé par la "nouvellement" ministre Delphine Batho (et donc indélogeable).

Le PS a donc imposé Royal sans vote des militants dans la 1re circonscription de Charente-Maritime, en excluant par la même occasion l'ancien secrétaire de la fédération PS du département, Olivier Farloni, qui s'opposait à ce parachutage.

Las, le Farloni s'est présenté aux législatives et risque bien, dimanche prochain, de l'emporter en fédérant aux 2eme tour tout ceux qui en ont marre de la Madone du Poitou Charente.

Le PS après avoir exclu Farloni, lui demande donc gentiment de se désister afin que Ségolène se retrouve seule au deuxième tour, sans aucun concurrent à droite, comme à gauche. Un bel exemple de démocratie !
Merci Ségolène ! Merci le PS !